Quelle victoire d'Alonso !

Au terme d'une course folle, Fernando Alonso s'impose à Valence, devant Kimi Raikkonen et Michael Schumacher, qui renoue avec le podium. L'Espagnol a profité, notamment, des abandons sur casse mécanique de Sebastian Vettel et de Romain Grosjean, seuls pilotes qui semblaient pouvoir lui résister aujourd'hui. Lewis Hamilton, en proie à des problèmes de pneus en fin de course, s'est accroché avec Pastor Maldonado et n'a pu terminer.

Ce sont 23 pilotes qui vont s’élancer pour ce huitième Grand Prix de la saison, puisque Timo Glock a préféré déclarer forfait, toujours incommodé par des problèmes intestinaux.

Certains pilotes, comme Michael Schumacher ou Mark Webber ont, sans surprise, opté pour des stratégies conservatrices, en démarrant avec les pneus les plus durs pour cette course (les pneus mediums, blancs) pour terminer avec les pneus les plus tendres (les pneus tendres, jaunes).

La température sur la piste est à prêt de 50°C et il n’y a évidemment aucun risque de pluie.

Au départ, Vettel et Hamilton conservent leur position, mais derrière, c’est Grosjean qui se montre très offensif. Il dépasse autoritairement Pastor Maldonado au premier freinage. Dans le peloton, c’est la foire d’empoigne entre Massa et Button, Alonso est revenu à la huitième place et met la pression sur Di Resta.

Après un tour, Vettel a déjà pratiquement deux secondes d’avance sur Lewis Hamilton. Grosjean est dans les roues du champion du monde 2008. Derrière, Kobayashi a profité d’un très bon envol pour devancer Maldonado. Raikkonen est sur les talons du Vénézuélien et tente de le dépasser, mais le pilote Williams résiste magistralement. L’écart s’agrandit dangereusement entre Vettel et Hamilton puisque après trois tours il y a quatre secondes entre les deux hommes, 5.3 secondes le tour suivant. On indique déjà à Rosberg que ses pneus arrière sont à la température critique.

Grosjean met la pression sur Hamilton : « Tu dois doubler Hamilton ! » lui lance-t-on à la radio, quand le Britannique annonce qu’il a du mal à contenir le Franco-suisse. Mais Kobayashi met aussi la pression sur la Lotus. La zone DRS semble assez inefficace, puisque peu de pilotes en profitent pour dépasser au bout de la ligne droite. Vettel continue son cavalier seul en enchainant les meilleurs tours. Il a presque huit secondes d’avance après 5 tours. Massa, de son côté, est dixième et tente tout pour passer Di Resta, sans y parvenir. A l’arrière, Pic tente de dépasser Karthikeyan, mais l’Indien serre la trajectoire. Pic, en glissade, heurte légèrement le pneu arrière droite et perd un morceau d’aileron avant.

Après 10 tours, Vettel a dix secondes d’avance sur un groupe constitué par Hamilton, Grosjean et Kobayashi ; suivent ensuite Maldonado, Raikkonen, Hulkenberg, Alonso, Di Resta et Massa. Mais Grosjean tente le dépassement à la fin de la zone DRS : la Lotus aborde le virage par l’extérieur, la McLaren résiste, mais Hamilton finit par céder. Grosjean prend la deuxième place et se met rapidement à l’abri du DRS. Pendant ce temps, Button et Pérez sont passés par les stands, étonnant de la part du Mexicain. Massa arrive le tour suivant. L’écart entre Vettel et Grosjean s’aggrave encore, culminant à près de 12 secondes. Un peu plus loin, l’autre Lotus, de Raikkonen, est aux prises avec Maldonado, qui ne se laisse pas faire et conserve dans un premier temps sa position.

Hamilton passe par les puits, il repart dans le peloton. Vettel continue de gagner du temps sur Grosjean, comptant quatorze secondes d’avance après 14 tours. Derrière les deux hommes, Kobayashi, Maldonado et Raikkonen passent pas les stands et repartent dans un autre ordre : Raikkonen précédant Kobayashi puis Maldonado. Alonso profite de cette salve pour se positionner en troisième position. Hamilton dépasse Senna pour le compte de la septième place, et a en ligne de mire la Mercedes de Michael Schumacher, sur une stratégie différente. Alonso s’arrête à son tour et repart juste devant Raikkonen. Sont donc en tête Vettel, Grosjean et Di Resta. Mais Vettel s’arrête, suivi par Grosjean qui le suivait à 15 secondes. Le pilote Red Bull repart en tête, en pneus tendres, et Grosjean repart devant Lewis Hamilton, en quatrième place. Seuls Di Resta et Rosberg séparent le double-champion du monde en titre et le pilote Lotus.

Un train s’est formé derrière Schumacher avec Senna, Webber, Alonso, Raikkonen, Kobayashi et Maldonado. Tous ces pilotes sont sur des stratégies différentes et c’est l’empilement à chaque virage. Alonso passe ses trois prédécesseurs et s’échappe, mais derrière c’est une lutte sans merci. Dans le même temps, Grosjean se joue de Di Resta et reprend la deuxième position.
Retour dans le peloton de fous furieux : Senna, en grande difficulté, résiste mais Raikkonen finit par passer. Kobayashi tente sa chance, mais les deux hommes s’accrochent. Senna crève à l’arrière alors que l’aileron de la Sauber est légèrement abimé. Les deux hommes s’en tirent plutôt bien dans cette zone rapide. Les commissaires vont jeter un œil à cet incident, Senna écope d’ailleurs d’un drive through.

Après 22 tours, l’écart grandit entre Vettel et Grosjean, il est maintenant de vingt secondes. Alonso, derrière, dépasse Di Resta pour s’octroyer la quatrième position. Le pilote écossais dégringole doucement dans la hiérarchie se faisant dépasser facilement par Raikkonen puis Maldonado, avant de finalement passer par les stands à son tour. Autre pilote en difficulté, c’est Sergio Pérez, dépassé par Ricciardo pour le compte de la dixième place.

Grosjean reprend enfin du temps sur Vettel, en enchainant les meilleurs tours. A l’arrière, Vergne, en dépassant Kovalainen, le touche, les deux pilotes crèvent. Des débris jaillissent de la Toro Rosso et la voiture de sécurité est envoyée en piste. Grosjean, Hamilton et Alonso passent par les stands. Aucun problème pour Grosjean et Alonso, mais c’est la débandade chez McLaren avec de multiples problèmes lors de l’arrêt. Le Britannique est dépassé par Alonso, Ricciardo et Raikkonen. Les pilotes sont pratiquement tous en pneus mediums pour ce qui sera certainement le dernier relais du Grand Prix. Comme la règle le prévoit, les voitures qui sont intercalées entre les leaders peuvent dépasser la voiture de sécurité pour revenir en queue de peloton. Les pilotes de tête repartiront donc roues dans roues lorsque le peloton sera regroupé.

Au redémarrage, Vettel garde l’avantage, mais c’est Alonso qui prend l’avantage sur Grosjean au freinage. Dans le peloton, Massa est heurté par une Sauber et crève à l’avant droit. Mais surtout, Vettel subit un problème mécanique et est au ralenti ! Alonso passe en tête sous les hourras du public valencien ! Derrière les deux premiers hommes, Hamilton est parvenu à reprendre Raikkonen et Ricciardo. Derrière l’Australien, Schumacher, Webber, Maldonado et les deux Force India forment un train.

Après 37 tours, Hamilton est sous le coup d’une pénalité pour avoir ignoré les drapeaux jaunes. Grosjean est toujours à moins d’une seconde de Alonso. Derrière, Hamilton est à deux secondes du pilote Lotus. Webber passe une nouvelle fois par les stands. L’écart entre Alonso et Grosjean s’agrandit, et pour cause ! Le pilote Lotus subit une avarie mécanique à son tour ! Il doit abandonner et il laisse le champ libre à Fernando Alonso. Hamilton, en seconde position, est à quatre secondes de l’Espagnol, mais semble revenir alors que Raikkonen est sur les talons du Britannique.

Après 46 tours, Alonso mène devant Hamilton et Raikkonen, Maldonado, Hulkenberg, Di Resta et Pérez suivent. Schumacher et Webber se sont joués de Petrov, qui était en dixième position. Alonso compte toujours autour des quatre secondes d’avance sur Hamilton et Raikkonen, la dégradation des pneus ne semble pas encore avoir fait son office. Les commissaires annoncent que le Britannique ne sera pas inquiété, il n’a donc pas commis d’erreur. En revanche, dans le peloton, Petrov est allé au contact avec Ricciardo qui le dépassait. Le Russe y a perdu son aileron avant. Les commissaires vont avoir encore un peu de travail.

Dans le peloton, Schumacher puis Webber prennent la huitième et la neuvième place à Button, en difficulté. Pérez, de son côté, est à l’attaque sur Di Resta, avec des pneus plus frais. L’écart diminue légèrement entre Alonso et Hamilton, avec 3.5 secondes d’avance pour l’Ibère. Schumacher et Webber font une remontée commune, et sont déjà sur la Force India de Di Resta après avoir passé Pérez. L’Ecossais ne peut opposer aucune résistance aux deux hommes.

A deux tours de l’arrivée, Hamilton est en difficulté avec ses pneus. Il résiste à Raikkonen quelques virages mais est finalement dépassé par le Finlandais. Maldonado tente sa chance dans la ligne droite mais Hamilton résiste comme un mort de faim. Le pilote Williams cède, mais le Vénézuélien va tenter sa chance. Il tente de doubler par l’extérieur, mais Hamilton résiste et c’est l’accrochage ! Maldonado repart sans aileron avant mais Hamilton est dans le mur de pneus ! Schumacher dépasse Maldonado en perdition, et la troisième place se jouera entre l’Allemand et Webber ! C’est Schumacher qui accroche le podium ! Le premier depuis son retour !

Fernando Alonso l’emporte donc ici à Valence, devant Kimi Raikkonen et Michael Schumacher ! C’est la 29ème victoire de la carrière l’Espagnol !

1 Alonso Ferrari 1h44:16.649 57
2 Raikkonen Lotus F1 Team +6.4 57
3 Schumacher Mercedes GP +12.6 57
4 Webber Red Bull +13.6 57
5 Hulkenberg Force India +19.9 57
6 Rosberg Mercedes GP +21.1 57
7 di Resta Force India +22.8 57
8 Button McLaren +24.6 57
9 Perez Sauber +27.7 57
10 Maldonado Williams +34.6 57
11 Senna Williams +35.9 57
12 Ricciardo Toro Rosso +37.0 57
13 Petrov Caterham F1 +75.8 57
14 Kovalainen Caterham F1 +94.6 57
15 Pic Marussia Virgin +96.5 57
16 Massa Ferrari +1 tour 56
17 De la Rosa HRT +1 tour 56
18 Karthikeyan HRT +1 tour 56
19 Hamilton McLaren +2 tours 55
20 Grosjean Lotus F1 Team +17 tours 40
21 Vettel Red Bull +24 tours 33
22 Kobayashi Sauber +24 tours 33
23 Vergne Toro Rosso +31 tours 26
24 Glock Marussia Virgin Non-partant