Corée du Sud : Alonso sur le podium

Sebastian vettel remporte sa troisième course consécutive et en profite pour prendre la tête du championnat du monde. L'Allemand devance Mark Webber et Fernando Alonso alors McLaren a connu un nouveau week-end de galère et cède du terrain à l'écurie autrichienne au classement constructeurs.

C’est sous un ciel nuageux mais par une température ambiante de 23°C que chacun se prépare à la course. Sur la grille, tous les pilotes sont en pneus Super tendres, à flancs rouges, à l’exception de Button, Perez, Kobayashi, Di resta, Vergne et de la Rosa qui s’élanceront en pneus Tendres, à flancs jaunes.

Après le tour de chauffe, Mark Webber regagne l’emplacement de la pole position sur la grille de départ, devant Sebastian Vettel, Lewis Hamilton et Fernando Alonso. A l’extinction des feux, Sebastian Vettel prend le meilleur sur son coéquipier dès le premier virage. Pendant que les deux pilotes Red Bull se disputent la première place dans la ligne droite, l’Allemand gardant l’avantage, Lewis Hamilton doit subir la loi de Fernando Alonso dans la longue ligne et se retrouve sous la menace conjuguée de Kimi Räikkönen et Felipe Massa.

Après s’être battus pour le podium la semaine passée, Kamui Kobayashi percute au freinage du virage n°3 la McLaren de Jenson Button qui est contraint à l’abandon, roue avant droite cassée. Nico Rosberg n’ira lui non plus pas plus loin que le premier tour alors que Kobayashi repasse par les stands pour changer d’aileron avant : le Japonais y retournera quelques tours plus tard pour purger un passage de pénalité par les stands.

Après 5 tours, Sebastian Vettel devance Mark Webber, Fernando Alonso, Lewis Hamilton, Felipe Massa, Kimi Räikkönen, Nico Hulkenberg, Romain Grosjean, Sergio Pérez et Michael Schumacher. La monoplace de Nico Rosberg étant arrêtée sur le côté, dans la zone DRS, et les commissaires tardant à la dégager, la direction de course décide de suspendre provisoirement l’activation du DRS. Ceci n’empêche cependant pas Vergne puis Ricciardo de régler leur compte à Pastor Maldonado et à Bruno Senna.

En tête de course, Sebastian Vettel devance son coéquipier de 2"6 au douzième tour alors qu’Alonso et Hamilton sont relégués respectivement à 6 et 8 secondes. Derrière, la bagarre pour la dixième place s’anime entre Michael Schumacher et Paul di Resta, le tout sous le regard de Jean-Eric Vergne.

Au 14ème tour, Lewis Hamilton est le premier à passer par les stands pour monter les pneus les plus durs. Hulkenberg, Grosjean, Vergne et Kovalainen imitent le Britannique. Au tour suivant, Mark Webber passe à son tour par les stands, tout comme Massa et Räikkönen. Au 16ème tour, Sebastian Vettel et Fernando Alonso montent les pneus Tendres. Les arrêts n’auront cependant pas bouleversé la hiérarchie alors qu’Alonso dispute la troisième place à Sergio Pérez qui doit également céder, au 4ème virage, à Lewis Hamilton. Le Mexicain, en stratégie décalée, ne résiste pas davantage à Felipe Massa et Kimi Räikkönen avant de s’arrêter au 19ème tour pour monter des pneus Tendres.

Pendant ce temps, Romain Grosjean bute sur la Williams de Pastor Maldonado et laisse Nico Hulkenberg creuser l’écart, Pastor Maldonado ne s’étant toujours pas arrêté avec ses pneus Super Tendres. Le Français parvient cependant à bout du Vénézuélien au freinage du virage n°3.

Chez McLaren, Lewis Hamilton semble se plaindre d’une perte d’appui alors qu’il cède du terrain sur Fernando Alonso et se retrouve sous la menace de Felipe Massa à qui il n’oppose pas plus de résistance dans la zone DRS, au 21ème tour. Le Britannique roule au-dessus de la minute quarante-six quand ceux qui le devancent tournent en moins d’une minute quarante cinq, à l’exception de Mark Webber. La McLaren ne tarde pas ainsi à se retrouver à la lutte avec Kimi Räikkönen, le Finlandais dépassant le champion 2008 dans le virage 3 avant qu’Hamilton ne reprennent son bien au virage 4. Derrière, Jean-Eric Vergne profite du DRS pour prendre le dessus sur Michael Schumacher pour le gain de la dixième place.

Au 27ème tour, Sebastian Vettel enfile les meilleurs tours en course comme des perles, devançant son coéquipier de dix secondes : l’ingénieur de course de l’Allemand lui demande d’ailleurs avec insistance de ménager ses gommes. Egalement en délicatesse avec ses pneumatiques, Lewis Hamilton s’arrête aux stands pour effectuer son deuxième arrêt afin de monter des pneus Tendres. Une nouvelle fois cependant, l’arrêt du Britannique traîne en longueur. Ressorti en huitième position, le natif de Stevenage continue de se plaindre de la nervosité de sa monture.

Devant lui, la bagarre fait rage entre Romain Grosjean et Nico Hulkenberg pour le gain de la sixième place. L’Allemand demande à son ingénieur de course s’il perd du temps en résistant au Français qui préfère quant à lui anticiper son arrêt, au 32ème tour, pour monter les pneus Tendres.

Au tour suivant Mark Webber s’arrête lui aussi pour monter les pneus Tendres, tout comme Nico Hulkenberg, qui ne peut cependant pas résister à Romain Grosjean, qui réalise le meilleur tour en course.

Devant, Felipe Massa grignote avec constance son retard sur Fernando Alonso qui s’arrête au 35ème tour pour monter les pneus Tendres : l’Espagnol ressort derrière Mark Webber. Après s’être raté au freinage du virage n°3, occasionnant un plat sur un de ses pneus avant, Sebastian Vettel passe par les puits à la fin du 36ème tour, suivi par Felipe Massa et Kimi Räikkönen.

Ainsi, au 37ème tour, Vettel occupe toujours la tête de course devant Webber, Alonso, Massa, Räikkönen, Hamilton, Vergne, Grosjean, Hulkenberg et Ricciardo. Derrière, Paul di Resta prend l’ascendant sur Michael Schumacher.

Chez Ferrari, Rob Smedley demande à Felipe Massa de garder ses distances par rapport à Alonso pour ne pas surchauffer ses pneumatiques dans les turbulences de l’Espagnol, d’autant que le Brésilien n’a pas d’intérêt à damer le pion de son coéquipier qui se bat pour le titre.

Quelques hectomètres plus loin, Romain Grosjean tente de dépasser Lewis Hamilton au virage n°3, mais le Français est contraint de sortir large. Le pilote Lotus retente sa chance au virage 4, mais c’est Nico Hulkenberg qui dépasse Hamilton aux dépends de Grosjean. Le pilote tricolore pêche sans doute par excès de prudence. Heureusement pour lui, Lewis Hamilton s’arrête au 43ème tour pour observer son troisième arrêt aux stands : l’écurie britannique opte pour les pneus Super Tendres. Dans l’opération, Romain Grosjean a perdu une place par rapport à Nico Hulkenberg, qui en a même profité pour creuser l’écart.

Tandis qu’en tête de course, Red Bull semble très préoccupée par la tenue des pneumatiques, les pilotes Ferrari roulant plus vite que leurs homologues de Milton Keynes, Jean-Eric Vergne résiste vaillamment à Lewis Hamilton pour la neuvième place. Tandis que les deux hommes reviennent sur Daniel Ricciardo, au 53ème tour, l’Australien s’écarte pour laisser passer son coéquipier et s’intercaler devant Lewis Hamilton. Le Britannique accroche d’ailleurs une longue bande d’astroturf sur son fond plat, ce qui perturbe l’équilibre aérodynamique sa MP4-27. Les pilotes Toro Rosso peuvent donc sereinement voir venir la fin de la course.

Chez Red Bull, Guillaume Roquelin est quant à lui beaucoup moins serein, pressant Sebastian Vettel de tempérer ses ardeurs et de ménager sa mécanique et ses pneumatiques jusqu’à la ligne d’arrivée. Rien n’empêche cependant l’Allemand de triompher sous le drapeau à damier agité par PSY avec Gangnam Style. Webber offre le doublé à Red Bull devant Fernando Alonso et Felipe Massa, tandis que Lewis Hamilton doit résister jusque dans les derniers mètres, à la Sauber de Sergio Pérez.