Podium pour Alonso

Lewis Hamilton s'impose sur le tout nouveau circuit des Amériques devant Sebastian Vettel et Fernando Alonso qui se disputeront le titre mondial jusqu'au bout de la saison au Brésil dans 7 jours.

La F1 est de retour aux Etats-Unis après cinq années d’absence. Sebastian Vettel s’élance en pole position tandis que son rival pour le titre profite du recul de Massa pour grimper 7ème sur la grille, du côté propre, ce qui est un avantage indéniable à l’extinction des feux. A signaler qu’à l’exception de Button et Rosberg, tout le monde s’élance avec les pneus médiums.

Vettel prend un bon envol mais aussi de Mark Webber qui prend le meilleur sur Hamilton alors que Fernando est déjà 4ème. De nombreux pilotes vont faire un peu de hors piste dans les esses, mais il n’y a pas d’incident à déplorer dans le premier virage. Sergio Pérez passe Bruno Senna dans l’entrée du stadium, le pilote mexicain a cœur de briller devant les nombreux supporters qui ont fait le déplacement. Très belle lutte également entre Räikkönen, Schumacher et Grosjean qui se passent et se repassent à chaque virage. Lewis Hamilton essaye de profiter du DRS pour passer Webber pour le gain de la deuxième place mais l’Anglais sort un peu large au bout de la ligne droite et la Red Bull reste devant. Au passage suivant, Lewis Hamilton retente sa chance avec succès et peut se lancer à l’assaut de Sebastian Vettel qui n’est qu’à 2 secondes devant.

Michael Schumacher souffre déjà avec ses pneus, après avoir été passé par les deux Lotus, c’est Hulkenberg qui prend le meilleur sur son compatriote tandis que Massa, 10ème, se montre très menaçant également. Il n’est pas le seul puisque la Mercedes fait véritablement le bouchon et se trouve avec un petit train collé à ses échappements. Petit train dans lequel se retrouve Romain Grosjean qui commet une erreur en entrant beaucoup trop vite dans le dernier virage du circuit.

Pendant ce temps, Vettel et Hamilton jouent à « je suis le plus rapide, ah non c’est toi » en battant à tour de rôle le meilleur temps en course, alors que Schumacher continue de reculer dans la hiérarchie, Bruno Senna le passe et entre dans le Top10. Après 10 tours l’écart entre les deux leaders est de 1.6. Hamilton signe un tour en 1 :43.279 et revient comme un boulet sur le leader du championnat du monde.

Dans le premier virage, Jenson Button passe Schumacher qui essaye de faire de la résistance mais sans succès. Plus loin Grosjean rentre dans les stands pour chausser les gommes dures, sans doute pour aller au bout du Grand Prix.

Kimi Räikkönen essaye de se défaire de Nico Hulkenberg pendant plusieurs tours et finit par passer dans les esses. Iceman est 5ème à ce moment.

Au 15ème tour, Hamilton est à moins d’une seconde de Vettel et peut donc utiliser le DRS pour essayer de prendre le commandement de ce Grand Prix des Etats-Unis. C’est également au 15ème passage qu’à lieu le premier abandon de ce dimanche avec Vergne qui en duel avec les deux Mercedes touche Schumacher et est contraint à garer sa Toro Rosso en bord de piste. Le Français sera rejoint à la casse texane par Mark Webber - qui connaissait des problèmes de KERS - quelques boucles plus tard, ce qui place Fernando Alonso 3ème provisoire devant Räikkönen.

Au 18ème tour, Hulkenberg regagne les stands et passe les pneus durs, l’Allemand marque le début de la salve des arrêts. Lewis Hamilton l’imitera au 20ème passage, il faut dire qu’il commençait à perdre un peu de terrain sur Vettel. Alonso rentre lui aussi et perd un peu de temps dans la manœuvre à cause de la roue arrière droite qui doit être forcée. Au tour 21, Vettel change à son tour de gommes sans problème pour l’Allemand. Alonso de son côté est très clairement en difficulté avec ses pneus durs et est sous la menace de Button, équipé lui aussi de pneus durs mais plus usés que ceux de la Ferrari. L’Anglais passe d’ailleurs devant le candidat au titre dans la zone DRS.

Devant, l’autre McLaren profite du DRS pour passer Räikkönen qui est toujours en pneus mediums alors que nous sommes au 25ème tour. Iceman repasse d’ailleurs dans les stands mais, comme pour Alonso, ce n’est pas un pitstop parfait et ressort par conséquent derrière l’Espagnol. Le Finlandais se fait aussi passer par Massa à la faveur des passages aux stands, mais le Brésilien remonte en piste derrière son chef de file. Tout comme Alonso, le deuxième pilote Ferrari est en difficultés avec ses gommes dures et se fait rapidement passer par Ricciardo, toujours en mediums.

A l’avant, Vettel et Hamilton continuent de se battre à coup de meilleurs chronos le tout en effectuant des dépassements sur les voitures plus lentes. Nous sommes au 34ème tour et les deux hommes sont séparés par 1.4 seconde. L’Anglais est dans les échappements de la RB8 à l’entame du passage suivant. Vitaly Petrov s’efface d’ailleurs pour ne pas gêner les candidats à la victoire.

Au 36ème tour, Button est le dernier à passer par la voie des stands et chausse les pneus mediums, ce qui place Alonso sur le podium. Massa grimpe lui aussi dans la hiérarchie en s’offrant le scalpe de Kimi Räikkönen à la sortie du premier virage.

Schumacher, qui s’était élancé depuis la 5ème position repasse par les stands et se fait prendre un tour par Vettel et Hamilton. L’Anglais est très proche de l’Allemand mais ne parvient pas à passer au bout de la longue ligne droite malgré le DRS. Au tour suivant la McLaren profite de l'activation de l’aileron arrière mobile pour prendre la direction des opérations alors que Vettel se plaint d’avoir été gêné par un retardataire. Hamilton premier, devant Vettel et Alonso. Le pilote ibérique est alors a plus de 30 secondes de la tête de la course.

Räikkönen et Button se livrent également une belle bataille à l’avantage provisoire du pilote Lotus qui doit laisser filer la McLaren à 10 boucles du drapeau à damiers. C’est le moment que choisi Alonso pour hausser le rythme et signer le meilleur temps : 1 :41.618.

Il reste sept tours et Vettel réduit quelque peu l’écart avec Hamilton qui possède un peu plus d’une seconde d’avance, mais on sait que la vitesse de pointe n’est pas le point fort de la machine conçue par Adrian Newey. Fin de course qui risque d’être animée pour les derniers points avec les deux Williams et la Force India de Hulkenberg. De même entre les deux Lotus qui sont proches l’une de l’autre.

A 4 tours du terme de cette course, Maldonado s’engouffre au premier virage pour passer son équipier et occuper la neuvième position.

Plus que deux tours pour Hamilton qui améliore le meilleur temps du Grand Prix en 1 :39.913 avec 38 secondes d’avance sur Alonso, qui est troisième. L’Anglais améliore au passage suivant avant de s’offrir la victoire. Il se succède à lui-même au palmarès du Grand Prix des Etats-Unis. Vettel – qui s’adjuge le meilleur temps en 1 :39.347 - et Alonso complètent le podium. L’écart entre les deux hommes est de 13 points et le titre mondial 2012 se jouera donc à Interlagos le week-end prochain. Du côté des constructeurs Red Bull est sacrée champion des constructeurs. L'équipe réalise le triplé après 2010 et 2011.