Une course de folie !

Au terme d'un Grand Prix qui fera date, Jenson Button termine la saison en beauté tandis que Sebastian Vettel coiffe son troisième titre mondial consécutif. Fernando Alonso a tout donné et termine deuxième mais échoue à trois points de l'Allemand.

Au terme de cette 20ème course du championnat, le titre sera attribué soit à Fernando Alonso, soit à Sebastian Vettel qui est dans la position la plus favorable au moment d'aborder ce dernier rendez-vous de cette saison. Au moment de s'élancer, la piste est sèche mais quelques gouttes font leur apparition sur le circuit d'Interlagos. Le choix de pneus se porte malgré tout sur ceux pour piste sèche. Schumacher, Grosjean et Kobayashi débuteront avec les gommes dures de la gamme Pirelli.

Au départ, Lewis Hamilton parti depuis la pole prend un bon envol, idem pour les deux Ferrari, avec Massa qui s'engouffre en deuxième position. Fernando Alonso est déjà cinquième alors que Vettel se retrouve en toupie à la fin du premier secteur touché par Bruno Senna derrière lui, l'Allemand est déjà dernier et est dans le rôle du chasseur. Le leader du championnat a des dommages sur sa RB8 et son muret lui dit qu'il n'est pas possible de réparer cela avant de l'informer que tout va bien. Alonso boosté prend la troisième place alors que la piste semble particulièrement piégeuse à certains endroits. Après deux tours, les McLaren sont devant, Hamilton devance Button, Alonso est troisième. Senna et Pérez sont déjà contraint à l'abandon suite à l'incident du premier tour. Vettel signe le meilleur tour en 1:21.316 et pointe au 18ème rang.

Fernando Alonso commet une erreur dans le S de Senna au cinquième passage et se retrouve avec Webber dans ses échappements. Mais l'Australien doit aussi composer avec Massa qui lui met la pression derrière. Le Brésilien joue parfaitement son rôle en prenant le meilleur sur le pilote Red Bull alors que quelques pilotes rentrent dans les stands pour monter des pneus pour conditions de piste humide. Romain Grosjean n'aura pas le temps de le faire : il abandonne sa Lotus dans le troisième secteur après une sortie de piste énorme. Mark Webber part à la faute dans le S de Senna alors que les deux McLaren se tirent la bourre pour la première position de ce Grand Prix complètement fou. Au 8ème tour, Vettel est déjà revenu en 8ème position. Devant, Button prend le meilleur sur son équipier alors que Nico Hulkenberg occupe le troisième rang sur le circuit qui lui avait permis de signer la pole en 2010 dans des conditions similaires. L'Allemand n'est qu'à 3 secondes du leader. A l'arrière, Heikki Kovalainen pointe en 11ème position, ce qui permettrait à son écurie de récupérer la 10ème place des constructeurs.

Chez Red Bull on opte pour les pneus intermédiaires sur la voiture de Mark Webber au 10ème tour alors que Vettel est sixième derrière Massa qui joue les bouchons. Chez Ferrari et McLaren on imite l'écurie autrichienne qui s'apprête à accueillir Vettel. Hamilton et Alonso passent également par la pitlane et se retrouvent l'un derrière l'autre. La chasse pour le titre mondial ne fait que commencer, il reste 60 tours à parcourir. Jenson Button reste en piste et indique à son stand qu'il arrête de pleuvoir. A ce moment du Grand Prix, Button mène donc devant Hulkenberg et Massa qui sont toujours en slicks. Mais Hamilton prend le meilleur sur le régional de l'étape. Alonso est 8ème et Vettel 14ème alors qu'il repleut très clairement sur la piste d'Interlagos. Ce qui provoque quelques approximations dans le peloton. Les slicks semblent clairement ne pas être la meilleure option, Felipe Massa se fait littéralement déposer par Kobayashi et Vettel alors que Button ne semble pas broncher en première position. Au tour suivant Vettel passe Kobayashi et se retrouve à moins de 5 secondes de son rival pour le titre mondial.

Les chronos ne cessent de changer, alors que les intermédiaires étaient plus rapides de deux secondes par rapport aux pneus slicks, voilà que Button, qui voit Hulkenberg dans ses rétros, tourne en 1:25.966 contre 1:29.322 à Hamilton, troisième au 18ème tour. Nico Hulkenberg continue son histoire d'amour avec le tracé brésilien en prenant le meilleur sur Button. Chez McLaren on fait repasser Hamilton par la voie des stands pour lui remettre des pneus médiums. Idem pour Alonso, Kobayashi et Schumacher. Chez Red Bull on fait de même avec Vettel au passage suivant.

Alors que 20 tours ont été bouclés, Hulkenberg pointe en tête devant Button, Hamilton, Alonso et Vettel. Les deux premiers possèdent 45 secondes d'avance sur le troisième et Hulkenberg signe le meilleur temps en 1:21.175. Plus loin dans la hiérarchie, Nico Rosberg est victime d'une crevaison après avoir roulé sur des débris. Alonso se plaint d'ailleurs à la radio de la présence de ces pièces de carbone sur le circuit, ce qui provoque la sortie de la voiture de sécurité. Les dès sont donc à nouveau relancés. Les leaders en profitent logiquement pour rentrer. Pendant ce temps les pilotes contraints à l'abandon rejoignent le paddock. Chez Red Bull Adrian Newey observe une photo des dommages à l'arrière de la RB8 de Sebastian Vettel suite à l'incident du premier tour. La question de la fiabilité est bel et bien présente dans le clan de l'écurie championne du monde.

La safety car s'efface au 29ème tour et tout est à refaire pour tout le monde d'autant que la pluie refait son apparition à certains endroits d'après Fernando Alonso qui en informe son écurie.Vettel se fait attaquer par Kobayashi et Webber au bout de la ligne droite des stands. L'Australien tire tout droit alors que Vettel se fait passer par le Japonais. Devant pas de problème pour Hulkenberg qui réussit un très bon deuxième départ. Comme en tout début d'épreuve, il y a de l'action à tous les étages. Kobayashi prend le meilleur, provisoirement sur Alonso alors que Di Resta est sous la menace de Massa et Räikkönen. Le Finlandais part à la faute dans le premier freinage. Massa fait son boulot en passant devant Vettel, qui a désormais deux voitures entre lui et Alonso. Mais ce n'est pas suffisant pour que l'Espagnol soit champion du monde dans l'état actuel des choses. Mais il reste encore 35 tours à parcourir.

Nico Hulkenberg tient très bien le rythme devant les deux McLaren qui tournent dans le même dixième. Dans le peloton la course n'est pas de tout de repos pour Räikkönen et Schumacher qui abordent le S de Senna de front avec le pilote finlandais qui prend l'avantage à la sortie et qui réintègre le Top10.

La piste reste piégeuse et Mark Webber part en glissade en touchant un peu trop une ligne blanche. Avertissement sans frais pour le pilote australien qui laisse filer son équipier qui reste sagement derrière Kobayashi. Nico Hulkenberg part lui aussi à la faute quelques minutes plus tard et c'est Lewis Hamilton qui en profite pour prendre les commandes même si le pilote Force India peut repartir en course. La pluie est de retour au dessus de Sao Paulo. Ça glisse du côté de Sebastian Vettel qui reste en piste avec des pneus durs alors qu'Alonso est lui équipé de pneus médiums. Nico Rosberg qui n'a presque plus rien à perdre dans ce Grand Prix passe par les stands pour mettre des intermédiaires. Il est imité par Daniel Ricciardo qui lui conserve les slicks. Au 53ème passage, Vettel opte lui aussi par les médiums. Chez Ferrari on réfléchi à la bonne stratégie.

Kimi Räikkönen de son côté semble nostalgique de ses années passées en rallye. Le Finlandais se loupe dans le virage avant la montée et se retrouve sur l'ancien bancking avant de devoir faire demi-tour et revenir sur la piste en passant par le gazon. Devant Nico Hulkenberg et Hamilton sont à la lutte alors qu'ils sont dans des manœuvres de doublé. Le pilote Force India per le contrôle au premier virage et heurte la McLaren qui abandonne. Button est en tête et Alonso deuxième. Mauvaise opération pour Vettel qui passe monter les pneus intermédiaires. A moins que ... son rival est en difficultés et roule sur des oeufs. L'Espagnol troque ses gommes au passage suivant alors que la direction de course décide de pénaliser Nico Hulkenberg pour avoir provoqué une collision.

Il reste 11 tours et le classement est le suivant : Button, Massa, Alonso, Hulkenberg, Webber, Schumacher et Vettel septième qui est alors champion du monde mais nul doute que Massa va s'effacer devant son équipier pour le faire monter sur la deuxième marche du podium.

Lewis Hamilton regagne son stand sous les applaudissements de son team auquel il dit au-revoir sur une note décevante.

La pluie augmente d'intensité et des petites rivières traversent la piste. Alonso prend la deuxième place mais est toujours battu au championnat pour un petit point mais ça ne tient qu'à un fil et tout peut basculer dans un sens comme dans l'autre. L'Allemand est plus rapide que son adversaire mais les conditions climatiques sont de plus en plus précaires. Red Bull informe son pilote que sa position actuelle est suffisante pour décrocher un troisième titre. Il reste 7 tours. Schumacher est juste devant Vettel et s'efface devant son compatriote. La RB8 prend rapidement la poudre d'escampette.

Alonso se retrouve au milieu duel entre Pic et Petrov pour le gain de la 12ème place synonyme de 10ème place finale dans le championnat des constructeurs et de bonus financier non négligeable. L'avantage étant à Caterham qui reprend cette position à Marussia.

Il reste 4 tours, Alonso est deuxième et Vettel sixième à 16 secondes de la voiture devant et ne peut donc plus rien faire de plus. Que ce soit chez Ferrari ou chez Red Bull, la tension est à son comble.

La voiture de sécurité raccourci le suspense suite à la sortie de Paul di Resta dans le dernier tour. Sebastian Vettel est donc titré pour la troisième fois consécutive. Jenson Button gagne le Grand Prix devant Alonso qui aura fait le maximum pour battre Sebastian Vettel. Massa est troisième. A noter que grâce à la 12ème place obtenue par Vitaly Petrov, l'équipe Caterham reprend la 10ème place du championnat constructeur au détriment de Marussia.